1. Un Fondement Solide

 

Un Fondement Solide

 

   Le disciple Jude écrit : « Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre avec ferveur pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. » (Jude 3, KJV) « La foi » à laquelle Jude se réfère, est l’ensemble des vérités que nous tenons concernant notre foi Chrétienne. Pierre dit : « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. » (1 Pierre 5 : 8, 9) Chacun de ces auteurs encourage le croyant à combattre pour la foi.

   Une distinction doit être faite entre « la foi » et « votre foi ». « Votre foi » se réfère à l’expérience personnelle du croyant : « l’épreuve de votre foi ». (1 Pierre 1 : 7) « A cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science. » (2 Pierre 1 : 5)

   Apocalypse 14 : 12 affirme : « C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. »  Alors qu’on a accordé une grande attention à la phrase « qui gardent les commandements de Dieu, » il faudrait aussi relever que ceux qui reçoivent le sceau de Dieu et évitent la marque de la bête « gardent » également « la foi de Jésus ». La phrase « la foi de Jésus » tient lieu d’objet pour le verbe « garder ».  Ainsi, le reste consistera en ceux qui « combattent avec ferveur pour la foi. » (Jude 3)

   Au sein de l’Adventisme, « la foi » inclut non seulement l’ensemble des vérités qui furent établies très tôt dans l’âge apostolique, mais aussi ces vérités particulières dont la Bible nous indique la révélation dans les derniers jours. [1] Ces vérités spéciales sont connues sous le nom de « messages des trois anges » dans l’Adventisme. La première partie de cette étude couvrira la méthode par laquelle ces vérités furent établies et argumentera les points suivants au sujet des messages des trois anges :

 

  • Ils furent développés par l’étude de la Bible et la révélation.
  • Les points fondamentaux furent établis dès le début de notre expérience.
  • Ces points ne doivent ni être déplacés, ni être changés.
  • Une déviation quelconque de ces vérités conduit à l’apostasie.
 

   Nous commenterons brièvement chacune de ces affirmations. Les doctrines principales, et les points fondamentaux de notre foi furent établis par une étude assidue de la Bible et par l’aide de révélations divines données à sœur Ellen G. White. Deuxièmement, ces grands points fondamentaux furent établis tôt, dès 1850. Troisièmement, les écritures affirment : « Quand les fondements sont renversés, le juste, que fera-t-il ? » (Psaume 11 : 3) Les Ecritures enseignent également que « le sentier des justes est comme la lumière resplendissante, dont l’éclat va croissant jusqu’au milieu du jour. » (Proverbes 4 : 18) Pourtant, la « lumière resplendissante » qui va croissante, ne ternira pas ce qui a été établi comme vérité ! Quatrièmement, dévier de ces vérités conduit à l’apostasie qui, si elle est poursuivie, transforme une cité ayant été fidèle en une « prostituée ». (Voir Esaïe 1 : 21)

   Commençons d’abord en évoquant la méthode par laquelle la foi apostolique fut développée. L’apôtre Pierre affirme :

   Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs ; - sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Ecriture ne peut être un objet d’interprétation particulière, car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes saints ont parlé de la part de Dieu. (2 Pierre 1 : 19-21)

   Pierre nous dit que « la foi » fut révélée par les prophètes alors qu’ils furent poussés par le « Saint-Esprit », ou, comme il le dit dans sa première épître, « l’Esprit de Christ ». (1 Pierre 1 : 11) Moïse prophétisa au sujet du Christ : « Je leur susciterai du milieu de leur frères un prophète comme toi ; je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai. (Deutéronome 18 : 18) Le livre de l’Apocalypse commence ainsi : « Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean. (Apocalypse 1 : 1) Nous voyons ici que Dieu communique sa volonté par les prophètes. « La foi » est édifiée « sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. » (Ephésiens 2 : 20) « Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ. » (Ephésiens 4 : 11, 12)

 

Doctrines développées par l’étude Biblique et la révélation

   Les croyances de la chrétienté furent transmises par les prophètes, et l’aspect spécifique de notre foi se forma d’une manière semblable. Sœur White, écrivant au sujet du développement de notre foi, affirme :

   Plusieurs parmi les nôtres ne voient pas avec quelle fermeté ont été posés les fondements de notre foi. Mon mari, le pasteur Joseph Bates, le père Pierce, le pasteur Hiram Edson, et d’autres membres clairvoyants, nobles et sincères, étaient parmi ceux qui, la date de 1844 écoulée, cherchaient la vérité comme un trésor caché. Je les ai rencontrés et nous avons étudié et prié avec ardeur. Souvent nous restions ensemble tard dans la nuit, et parfois jusqu’au matin, priant pour obtenir la lumière et étudiant la Parole. Ces frères se sont souvent réunis pour étudier la Bible, afin de comprendre sa signification et d’être à même de prêcher avec puissance. Quand ils arrivaient dans leurs études à un point où ils devaient dire : « Impossible d’aller plus loin », l’Esprit du Seigneur descendait sur moi, j’entrais en vision, les passages que nous avions examinés m’étaient expliqués clairement, et j’étais informée sur la manière de travailler et d’enseigner avec succès. Une lumière était accordée pour nous aider à comprendre les Ecritures touchant Christ, sa mission, et son sacerdoce. Une ligne de vérité partant de ce temps-là pour aboutir au moment où nous entrerons dans la cité de Dieu devenait claire pour moi et je communiquais à d’autres les instructions reçues du Seigneur. (Spécial Testimonies, Series B, no. 2, p. 56, 57) [2]

   Nous voyons ici que l’étude Biblique et la révélation vont de paire. Les frères se rencontraient pour l’étude et la prière, et continuaient parfois « jusqu’au matin ». « Il arrivait que le soleil se lève avant qu’ils abandonnent. » (Sermons and Talks, vol. 1, p. 345) Lorsqu’ils ne pouvaient pas aller plus loin dans leur étude, Sœur White « était enlevée en vision, et des instructions étaient données. » (Idem) Remarquez que la révélation ne donnait pas des Ecritures supplémentaires, mais « les passages [Bibliques] que nous avions examinés m’étaient expliqués clairement. » Il lui fut simplement expliqué comment dispenser « droitement la parole de vérité. » (2 Timothée 2 : 15) « Dans la parole de Dieu, nous avons trouvé la vérité qui confirme notre foi. » (The Paulson Collection of Ellen G. White Letters, p. 257)

   Pourtant, en tant que petit-fils de Ellen G. White, Arthur White écrivit : « …ce n’est pas tout. Le Seigneur s’est manifesté d’une manière telle qu’il sera pour toujours clair que ce qui s’est passé était au-delà de toute manipulation humaine. » (Ellen G. White : The Early Years, p. 145) Sœur White écrivit :

   Pendant tout ce temps je ne réussissais pas à suivre les raisonnements des frères. Mon esprit paraissait fermé, de sorte que je ne pouvais comprendre la signification des passages étudiés. Ceci me remplissait de tristesse. Je demeurais dans cet état jusqu’à ce que les principaux points de notre foi s’éclaircissent, en accord avec la Parole de Dieu. Les frères savaient que j’étais incapable de comprendre ces sujets sans une vision, et ils acceptaient comme venant du ciel les révélations accordées. (Messages Choisis, vol. 1, p. 241 ; 1904)

   Dans les premiers jours du message, alors que nous étions peu nombreux, nous étudions diligemment afin de comprendre la signification des Ecritures. Il nous semblait parfois qu’aucune explication ne pouvait être donnée. Ma pensée semblait fermée à la compréhension de la Parole ; mais lorsque nos frères, qui s’étaient réunis pour étudier, arrivaient à leurs limites et s’adonnaient à la prière fervente, l’Esprit du Seigneur descendait sur moi et j’étais enlevée en vision, où j’étais instruite quant à la relation entre les différents passages Bibliques. (The Review and Herald, 14 juin 1906)

   Sœur White affirme que durant l’époque où nos doctrines étaient formulées, elle ne pouvait pas comprendre les Ecritures et aider les frères d’une façon normale. Elle s’exprima ainsi : « mon esprit paraissait fermé ».

   Cependant, lorsque les frères ne pouvaient aller plus loin, une explication des passages lui était donnée dans des circonstances qui la rendaient « au-delà de toute manipulation humaine ». Ainsi, « la foi » fut établie par l’étude Biblique ainsi que par la révélation. Dans la Review, elle s’exprima ainsi :

   Ces expériences furent maintes fois répétées. C’est ainsi que de nombreuses vérités du message du troisième ange furent établies, point par point. (Idem)

   Les déclarations suivantes mettent l’accent sur l’aide Divine qui fut donnée lors de l’établissement de « la foi » :

   Les principes de vérité que Dieu a révélés constituent notre seul vrai fondement. (Messages Choisis, vol. 1, p. 235)

   Ce fondement a été posé par le Maître ouvrier et il pourra résister à tous les orages et à toutes les tempêtes. (Idem, p. 238)

   Nous avons nos Bibles. Nous avons notre expérience, attestée par l’action miraculeuse du Saint-Esprit. La vérité que nous possédons exclut tout compromis. N’allons-nous pas répudier tout ce qui n’est pas en harmonie avec cette vérité ? (Idem, p. 205)

   Les principes pour lesquels nous avons lutté dans les premiers jours… furent mis en lumière par la puissance du Saint-Esprit. (Idem, p. 240)

   Des messages de toute espèce ont été adressés aux Adventistes du 7ème Jour, pour prendre la place des vérités qui ont été obtenues point par point, par l’étude et la prière, et confirmées par la puissance miraculeuse du Seigneur. Mais les jalons qui ont fait de nous ce que nous sommes doivent être maintenus, et ils le seront, comme Dieu l’a déclaré dans sa Parole et par le témoignage de son Esprit. Il nous demande de nous cramponner avec fermeté, par l’étreinte de la foi, aux principes fondamentaux qui ne peuvent être mis en question. (Idem, p. 242, 243)

   Les vérités qui nous furent données juste après 1844 sont toutes aussi certaines et inchangeables que lorsque le Seigneur nous les a données en réponse à nos prières ferventes. Les visions que le Seigneur a données sont si remarquables, que nous savons que ce que nous avons accepté est la vérité. Cela fut démontré par l’Esprit Saint. C’est la lumière, la précieuse lumière de Dieu, qui établit les points principaux de notre foi, tels que nous les tenons aujourd’hui. (Manuscript Releases, vol. 1, p. 53 ; Lettre 50, 1906)

   Nous pouvons dire avec assurance, La vérité qui nous est parvenue par l’œuvre de l’Esprit Saint n’est pas un mensonge. Les évidences qui nous furent données durant le demi-siècle passé témoignent de la puissance de l’Esprit Saint. (The Paulson Collection of Ellen G. White Letters, p. 257)

   Pour toujours, nous garderons la foi qui fut confirmée par le Saint Esprit de Dieu, depuis les premiers événements de notre expérience jusqu’au temps présent. (The Upward Look, p. 352 ; 4 décembre 1905)

   La précieuse lumière révélée à Sœur White montre clairement que Dieu fut directement impliqué à aider les pionniers de nos débuts pour obtenir une compréhension correcte des principaux points de notre foi. Le résultat de cette combinaison Etude Biblique/Révélation est exprimé dans les paroles suivantes : « Les points majeurs de notre foi tels que nous les tenons aujourd’hui furent fermement établis. Un point après l’autre fut clairement défini, et tous les frères trouvèrent l’harmonie. » (Manuscript Releases, vol. 3, p. 413 ; MS 135, 1903)

 

Les points principaux furent établis très tôt

   Le poids de l’évidence soutient fortement que les points principaux de notre foi furent établis très tôt.

   Dans les premiers jours du message, alors que nous étions peu nombreux, nous étudions diligemment afin de comprendre la signification des Ecritures. Il nous semblait parfois qu’aucune explication ne pouvait être donnée. Ma pensée semblait fermée à la compréhension de la Parole ; mais lorsque nos frères, qui s’étaient réunis pour étudier, arrivaient à leurs limites et s’adonnaient à la prière fervente, l’Esprit du Seigneur descendait sur moi et j’étais enlevée en vision, où j’étais instruite quant à la relation entre les différents passages Bibliques. (The Review and Herald, 14 juin 1906)

   Ecrivant en 1903 au sujet de son expérience des débuts, elle dit que son esprit fut ouvert afin qu’elle puisse comprendre les Ecritures comme un « livre ouvert » :

   Pendant deux ou trois ans, mon esprit continua d’être fermé à la compréhension des Ecritures… Quelque temps après la naissance de mon deuxième fils, (juillet 1849) nous étions très perplexes concernant certains points de doctrine. Je demandais au Seigneur d’ouvrir mon esprit, afin que je puisse comprendre Sa Parole. Tout à coup, il m’a semblé être entourée d’une lumière belle et claire, et depuis ce jour les Ecritures ont été un livre ouvert pour moi. (Manuscript Releases, vol. 3, p. 413, 414 ; MS 135, 1903)

   Pendant deux ou trois ans, mon esprit continua d’être fermé à la compréhension des Ecritures. Durant nos labeurs, mon mari et moi avons rendu visite au Père Andrews, (décembre 1850) qui souffrait intensément de rhumatismes inflammatoires. Nous avons prié pour lui. J’ai posé mes mains sur sa tête, et j’ai dit, « Père Andrews, que le Seigneur Jésus vous guérisse. » Il fut guérit instantanément. Il se leva et marcha dans la pièce, louant Dieu, et disant, « Je n’ai jamais rien vu de semblable. Les anges de Dieu sont dans cette pièce. » La gloire du Seigneur fut révélée. La lumière semblait briller dans toute la maison, et la main d’un ange fut posée sur ma tête. Depuis ce jour jusqu’à aujourd’hui, j’ai été à même de comprendre la Parole de Dieu. (Special Testimonies, Série B, no. 2, p. 57, 58 ; 1904)

   Je sais et je comprends qu’il nous faut être établis dans la foi, à la lumière de la vérité qui nous a été donnée dans notre expérience des débuts. A cette époque, une erreur après l’autre a fait pression sur nous ; des pasteurs et des docteurs ramenaient de nouvelles doctrines. C’est alors que nous étudiions les Ecritures avec beaucoup de prières, et l’Esprit Saint nous montrait la vérité. Il arrivait que des nuits entières étaient consacrées à sonder les Ecritures, et à demander à Dieu de nous conduire. Des groupes d’hommes et de femmes consacrés se réunirent dans ce but. La puissance de Dieu descendait alors sur moi, et j’étais rendue capable de clairement définir la vérité, ainsi que l’erreur. (Manuscript Releases, vol. 8, p. 319 ; Lettre 50, 1906)

   Tous ces témoignages, quoique de dates différentes, nous disent la même chose. L’établissement des points principaux de notre foi prit place alors que l’esprit de Sœur White était « fermé ». Sœur White dit qu’elle resta dans cette condition « jusqu’à ce que les principaux points de notre foi » furent éclaircis (Messages Choisis, livre 1, p. 241 ; 1904) Elle affirme que son esprit fut ouvert après sa visite chez frère Andrews en décembre 1850 ; c’est pourquoi les points principaux de notre foi avaient été établis dès 1850. Ainsi, nous reçûmes en tant que peuple, « une chaîne de vérités qui s’étend de ce temps là au jour où nous entrerons dans la cité de Dieu. » (Special Testimonies, série B, no. 2, p. 257)

 

Le Seigneur notre Guide

   Cette chaîne de vérités était la lumière qui aida les pionniers à « comprendre les écritures au sujet du Christ, de Sa mission, et de Son sacerdoce. » (Idem) De plus, le conseil suivant nous a été donné :

   Alors que j’ai repensé à notre histoire passée, ayant vécu chaque pas en avant jusqu’à notre situation actuelle, je peux dire, Loué soit Dieu ! Alors que je vois ce que le Seigneur a accompli, je suis remplie d’étonnement et de confiance en Christ notre guide. Nous n’avons rien à craindre du futur, si ce n’est d’oublier la façon dont le Seigneur nous a conduits, et Son enseignement dans notre histoire passée. (Life Sketches of James and Ellen G. White, p. 196)

   Cette déclaration, initialement écrite en 1892, fut envoyée à la cession de la Conférence Générale de 1893 et 1899. [3] Plus tard, cette déclaration fut publiée dans la Review and Herald du 2 octobre 1905, et dans des livres tels que Testimonies to Ministers and Gospel Workers et Selected Messages, vol. 3. La dernière partie de cette citation mérite d’être soulignée. Elle comporte deux points importants. Il nous faut d’abord nous souvenir de la façon dont « le Seigneur nous a conduits », et, deuxièmement, de « Son enseignement dans notre histoire passée. »

   Les mots, « Son enseignement dans notre histoire passée » se réfèrent spécialement à cette période de temps avant décembre 1850, alors que les frères se réunissaient pour l’étude et la prière. Alors que nous n’avons rien à craindre du futur si nous nous souvenons de notre histoire passée, la proposition contraire est également vraie, que si nous ne nous souvenons pas de notre passé, nous avons réellement beaucoup à craindre ! Il s’agit de bien plus qu’une simple connaissance historique, c’est également mettre en œuvre ce système de croyances.

 

Les points fondamentaux ne doivent pas être déplacés

   La fondation d’un bâtiment est l’élément le plus important de sa construction. Si la fondation n’est pas de niveau, sur un sol ferme, la structure aura des problèmes. Dieu savait que pour l’établissement du mouvement Adventiste, la fondation était d’une importance capitale. Une fois la fondation correctement posée, la vérité brillerait comme la lumière resplendissante, « dont l’éclat va croissant jusqu’au milieu du jour. » (Proverbes 4 : 18)

   De nouvelles lumières seront continuellement révélées à celui qui est en relation vivante avec le Soleil de Justice. Que personne ne vienne à penser qu’il n’y aura plus d’autres vérités à découvrir. Celui qui cherche la vérité avec diligence et prière trouvera encore de précieux rayons de lumière dans la Parole de Dieu. De nombreux joyaux sont encore éparpillés, qui doivent encore être réunis afin de devenir la propriété du reste, le peuple de Dieu.  (Counsels on Sabbath School Work, p. 34 ; source originale : The Sabbath School Worker, mars 1892)

   Les anciennes vérités brilleront de plus en plus, et de nouvelles vérités seront découvertes dans la Parole de Dieu. Mais ces nouvelles vérités ne contrediront jamais les vérités établies déjà fondées.

   Lorsque la puissance de Dieu atteste de ce qui est la vérité, celle-ci doit rester debout à jamais. Il faut se garder d’entretenir des suppositions ultérieures contraires à la lumière reçue de Dieu. (Messages Choisis, vol. 1, p. 188, 1905)

   Des messages de toutes espèces ont été adressées aux Adventistes du 7ème Jour, pour prendre la place des vérités qui ont été obtenues point par point, par l’étude et la prière, et confirmées par la puissance miraculeuse du Seigneur. Mais les jalons qui ont fait de nous ce que nous sommes doivent être maintenus, et ils le seront, comme Dieu l’a déclaré dans sa Parole et par le témoignage de son Esprit. Il nous demande de nous cramponner avec fermeté, par l’étreinte de la foi, aux principes fondamentaux qui ne peuvent être mis en question. (Special Testimonies, série B, no. 2, p. 59 ; 1904)

   En tant que peuple, il nous faut nous tenir fermes sur la plateforme de la vérité éternelle, qui a résisté aux tests et aux épreuves. Il nous faut maintenir les sûrs piliers de notre foi. Les principes de vérité que Dieu nous a révélés, sont notre seul vrai fondement. Ils ont fait de nous ce que nous sommes. Le temps écoulé n’en a pas diminué la valeur. (Idem, p. 51)

   Nous ne devons pas accepter les paroles de ceux qui viennent avec un message qui contredit les points spécifiques de notre foi. Ils réunissent quantité de textes Bibliques, et les assemblent de manière à prouver leurs prétendues théories. Ceci a mainte fois eu lieu durant les cinquante dernières années. Et, alors que les Ecritures sont la Parole de Dieu, et doivent être respectées, toute application qu’on en fait tendant à déplacer un seul pilier du fondement soutenu par Dieu durant les cinquante dernières années, est une grave erreur. (Idem)

   Aucune chaîne de  vérité ayant fait des Adventistes du 7ème Jour ce qu’ils sont ne doit être affaiblie. Nous avons les vieilles bornes de la vérité, de l’expérience et du devoir, et nous devons tenir ferme dans la défense de nos principes, à la vue du monde entier. (Testimonies for the Church, vol. 6, p. 17)

   J’ai vu un groupe de gens qui se tenaient fermement sur leur garde et ne prêtaient aucune attention à ceux qui cherchaient à ébranler la foi établie de l’ensemble. Le Seigneur les regardait avec approbation. Il me fut montré trois marches qui conduisaient à une plateforme et représentaient les trois messages. L’ange qui m’accompagnait me dit : « Malheur à celui qui retranchera la plus minime partie de ces messages. Leur véritable signification est d’une importance vitale. Le destin des âmes dépend de la manière dont ils sont reçus. » Je fus de nouveau amenée à considérer ces messages, et je vis à quel prix les enfants de Dieu avaient acquis leur expérience. Ils l’avaient obtenue à travers bien des souffrances et des luttes. Dieu les avait dirigés pas à pas, jusqu’à ce qu’ils soient placés sur une plateforme solide et inébranlable. (Premiers Ecris, p. 258, 259 ; 1858)

   Cette affirmation de Premiers Ecrits fut publiée en 1858 avec des guillemets ! Sœur White n’écrit pas seulement ses impressions et ses pensées, bien qu’elles soient inspirées, mais des paroles venant tout droit du ciel !

   La nouvelle lumière doit nous parvenir sans contredire celle qui est établie ! La nouvelle lumière va tout simplement construire sur le fondement, tout comme un charpentier construit sur la fondation préparée par le maçon. La fondation n’est ni changée, ni altérée, mais un édifice plus complet se construit. Ce principe même est expliqué par Sœur White :

   Le Seigneur a rendu ses disciples responsables de ses vérités sacrées. Il les a placés dans une position élevée, au-dessus du monde. Il déclare à leur sujet : « Vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. » Il dit encore : « Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. »

   Chaque individu ayant reçu la lumière de la vérité présente a le devoir de développer cette lumière à un niveau supérieur à celui où elle se trouvait déjà. (The Review and Herald, 21 septembre 1897)

   Cette citation nous dit que nous ne devons pas rechercher une « nouvelle lumière », totalement différente de la lumière établie, mais que nous avons plus précisément le « devoir » de développer « cette lumière » que Dieu nous a déjà confiée « à un niveau supérieur à celui où elle avait déjà été développée. »

   Dieu souhaite que la lumière de son trône brille avec pureté et clarté. Il illustra cela aux enfants d’Israël par une parabole. Dieu instruisit Moïse : « Tu ordonneras aux enfants d’Israël de t’apporter pour le chandelier de l’huile pure d’olives concassées, afin d’entretenir les lampes continuellement. » (Exode 27 : 20) Ce n’était pas une huile quelconque qui allait être suffisante pour le service de Dieu. Cette huile d’olive pure « était préparée à base de fruits pas encore mûrs, ‘frappés’ ou pilés dans un mortier, plutôt qu’écrasés dans un moulin. Il en résultait une huile claire et incolore, brûlant avec clarté et avec peu de fumée. » (Seventh-day Adventist Bible Commentary, vol. 1, p. 644) Dieu souhaite que sa vérité brille comme la lumière resplendissante, « dont l’éclat va croissant jusqu’un milieu du jour, » (Proverbes 4 : 18) et non comme la flamme de « la torche infernale de Satan. » (Testimonies to Ministers and Gospel Workers, p. 409, 410)

   La nouvelle lumière viendra de l’étude des Ecritures.  « Lorsqu’une doctrine qui ne s’accorde pas avec notre esprit nous est présentée, nous devrions nous tourner vers la parole de Dieu, chercher le Seigneur par la prière, et ne donner aucune prise à l’ennemi par la suspicion et le préjudice. » (Gospel Workers, p. 301) Lorsque nous discutons des différences de point de vue avec nos frères, le conseil suivant nous est donné : « La seule bonne voie serait de nous asseoir en tant que chrétiens et d’étudier en profondeur la position proposée à la lumière de la Parole de Dieu, qui révélera la vérité et démasquera l’erreur. » (The Review and Herald, 18 juin 1889) La nouvelle lumière ne devrait pas être évitée, car il est des domaines d’études qui nécessitent des éclaircissements. Il est de nombreux sujets tels que Daniel 11 et 12 qui ne sont pas parfaitement clairs, mais le fondement qui fut posé par l’étude, la prière et la révélation est sûr.

 

Dévier du fondement conduit à l’apostasie

   L’apostasie est définie comme « l’abandon de la foi religieuse » (American Heritage Dictionnary). Le mot anglais « apostasy » vient du Grec apostasia (αποστασια). [4] Le sens littéral de apostasia est « se tenir éloigné de ». Jacques dit à Paul qu’il avait été accusé d’apostasie. Actes 21 : 21 affirme : « Or, ils ont appris que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les païens à renoncer (apostasia) à Moïse, leur disant de ne pas circoncire les enfants et de ne pas se conformer aux coutumes. » Paul lui-même écrivit au sujet de l’apostasie dans 2 Thessaloniciens 2 : 3 : « Que personne ne vous séduise d’aucune manière : car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant. » Abandonner la vérité établie équivaut à descendre de la sûre plateforme dans le sable mouvant de l’apostasie.

   Le Seigneur a déclaré que l’histoire du passé se répétera dans la phase finale de l’oeuvre. Chaque vérité qu’Il a donnée pour ces derniers jours doit être proclamée au monde. Chaque pilier qui a été dressé doit être affermi. Nous ne pouvons pas abandonner le fondement que Dieu a établi. Entrer dans une nouvelle organisation équivaudrait à apostasier, à abandonner la vérité. (Messages Choisis, vol. 2, p. 488 ; MS 129, 1905)

   « Abandonner le fondement que Dieu a établi » équivaut à entrer « dans une nouvelle organisation ». Ceci est défini comme « apostasier, abandonner la vérité. » En d’autres termes, lorsque nous nous éloignons, ou que nous abandonnons la vérité, nous formons « une nouvelle organisation ». Ceux qui  se tiennent sur la plateforme de la vérité établie par Dieu se tiennent du côté de la véritable organisation établie par Dieu.

   Durant la première partie du siècle dernier, l’Eglise Adventiste expérimenta l’ « alpha des hérésies mortelles. » (Special Testimonies, série B, no 2, p. 150) Cette apostasie concernant la nature de Dieu fut dirigée par Dr. Kellogg, et bon nombre des principaux docteurs et pasteurs se tinrent du côté de Kellogg. (Jones, Waggoner, Sutherland, Magan, Paulson, etc.) Sœur White reçut l’instruction d’y « faire face », en référence aux enseignements de ce faux mouvement. Special Testimonies, série B, no. 2 fut écrit aux docteurs et aux pasteurs, afin de les aider à gérer la crise. Alors qu’elle contrait cette apostasie, elle écrivit :

   Qui a l’autorité de commencer un tel mouvement ? Nous avons nos Bibles. Nous avons notre expérience, confirmée par les actions miraculeuses de l’Esprit Saint. Nous avons une vérité qui n’admet aucun compromis.  N’allons-nous donc pas répudier tout ce qui n’est pas en harmonie avec cette vérité ? (Special Testimonies, série B, no. 2, p. 55)

   Nous voyons ici quelle devrait être notre réaction face à l’apostasie : Il nous faut « répudier tout ce qui n’est pas en harmonie » avec la vérité ! Il nous faut rejeter ce qui tente de détruire le fondement de notre foi !

   Le chapitre suivant commencera à examiner la chaîne de vérités que Dieu nous a donnée, en ce qui « concerne Christ, Sa mission, et Son sacerdoce. » (Special Testimonies, série B, no. 2, p. 57) Cette étude examinera les points suivants : La nature du Christ avant l’incarnation, la nature du Christ dans l’incarnation, et la nature de l’expiation finale dans le ciel, où Christ office pour nous.


 

Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre avec ferveur pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. » (Jude 3)




[1] Voir Daniel et l’Apocalypse. Retour

[2] Voir également Messages Choisis, Vol. 1, p. 240, 241. Retour

[3] Voir Lettre 32, et General Conference Daily Bulletins du 29 janvier 1893 et du 20 février 1899. Retour

[4] Note du traducteur : Il en est de même du mot français « apostasie ». Retour