Introduction

 

   Paul nous exhorte à avoir « les regards sur Jésus » (Hébreux 12 : 2). On ne peut surestimer l’importance d’avoir les regards sur Jésus et de connaître Dieu, aussi bien de manière intellectuelle que par expérience. Notre Sauveur a dit : « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jean 17 : 3)

   La véritable connaissance de Dieu et de son caractère était en grande partie dissimulée durant le Moyen Age, lorsque la papauté était à son apogée. Dieu appela à l’existence la Réforme afin de dissiper l’obscurité. Au départ, l’amour de la vérité se répandait dans le cœur des réformateurs ; cependant, la flamme de l’amour commença graduellement à baisser. Au lieu de continuer la Réforme qui aurait eu pour résultat la purification de l’église, les Protestants cessèrent de protester et de réformer ! L’amitié avec l’Église Romaine, responsable du sang des martyrs, devint acceptable. Des compromis furent faits par les successeurs des réformateurs et la Réforme s’arrêta.

   Le mouvement Adventiste fut mis en place par Dieu afin de terminer la Réforme que les grands Réformateurs tels que Jean Hus et Martin Luther avaient commencé. Hus, Luther et d’autres reçurent une grande vérité à présenter au monde. Cependant, l’éclat de toutes les vérités divine pour les derniers jours était trop aveuglant pour l’obscurité du monde durant les 15ème et 16ème siècles. Le plan de Dieu était de continuer à diffuser plus de lumière à mesure que les yeux spirituels du peuple s’ouvraient et s’habituaient à celle déjà reçue. A partir d’environ 1844 jusqu’à peu après 1888, Dieu accorda une lumière spéciale à son peuple. Cependant, la lumière que Dieu, dans sa miséricorde, donna au peuple Adventiste est maintenant considérée comme une erreur par les successeurs spirituels de ce mouvement ! Mais nous avons reçu ce conseil : « Nous n’avons rien à craindre pour le futur, si ce n’est d’oublier la manière dont le Seigneur nous a conduit, et ses enseignements dans notre histoire passée. » (Ellen G. White, Life Sketches of James and Ellen White [1], p. 196) Le but de ce livre est d’étudier la manière dont le Seigneur nous a conduit dans notre histoire passée, et d’examiner, par la Bible, le fondement de notre foi, transmise aux saints.

   Incontestablement, le mouvement Adventiste est à un point critique de son histoire. Souvenons-nous de ce que la servante du Seigneur a écrit : « S’il est un péché que Dieu a en horreur par-dessus tout autre, et dont son peuple est coupable, c’est de ne rien faire en cas d’urgence. L’indifférence, la neutralité dans une crise religieuse est considérée par Dieu comme un crime grave et égal à une hostilité de la plus grande importance envers Dieu. » (Testimonies for the Church, vol. 3, p. 281)

   Dieu redonne aux Adventistes les vérités qui fondèrent le mouvement. La lumière croissante, promise par la Parole de Dieu (Proverbes 4 : 18) n’est donnée que lorsque nous acceptons ce ferme fondement. Cette lumière ne contredira jamais les vérités passées, mais les fera briller d’un plus grand éclat ! Jésus a dit : « Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef. » (Jean 7 : 17) Bien-aimés, « Dieu ne conduit jamais ses enfants autrement qu’ils ne voudraient être conduits s’ils pouvaient voir la fin dès le commencement et discerner la gloire du dessein qu’ils servent en qualité de collaborateurs de Dieu. » (Jésus-Christ, pp. 211-212)

   En 1888, le commencement du « grand cri » eu lieu. Maintenant, plus de cent ans plus tard, Dieu ranime la flamme de ce « message des plus précieux ». Nous pouvons prendre part à la propagation de ce message, mais il nous faut d’abord l’accepter dans notre cœur. Ma prière est que le doux Esprit du Père et de son Fils unique continue à vous diriger et à vous réconforter. 

Allen Stump



[1] Esquisse de la vie de James et d’Ellen White. Retour