16. Bref Examen de la Position Arienne

 

Chapitre 16 – Bref Examen de la Position Arienne

 

   Pendant le quatrième siècle, Arius était l’opposant d’Athanase dans le grand débat concernant la Trinité au sein de l’Eglise Catholique. Les deux hommes étaient d’Alexandrie, un lieu renommé pour expérimenter les approches métaphoriques des Ecritures. Athanase défendait une position Trinitaire en se basant sur la puissance inhérente d’Êtres coégaux et coéternels. Arius pris la position logiquement contraire fondée sur le même principe de puissance inhérente, et soutint que Christ fut créé et avait un commencement, alors que le Père n’avait pas de commencement et était le seul vrai Dieu. Voici un passage d’une lettre qu’il écrivit pour défendre son point de vue.

   Mais ce que nous disons et pensons nous l’avons enseigné et continuons à le faire ; c’est que le Fils n’est pas non-engendré, ni partie du non-engendré de quelque manière que ce soit, ni partie d’une substance quelconque ; mais que par sa propre volonté et conseil, il exista avant les temps et les âges pleinement Dieu, seul-engendré, inchangeable.

   Et avant d’avoir été engendré ou créé, ou institué, ou établi, il n’existait pas ; car il n’était pas non-engendré. Nous sommes persécutés parce que nous disons que le Fils a un commencement, mais que Dieu est sans commencement. (Documents de l’Eglise Chrétienne, sélectionné et édité par Henry Bettenson, 2ème édition [Oxford University Press, p. 1963], p. 39].

   Nous pourrions représenter la position d’Arius de la manière suivante :

Principe de Base : Il y a un seul vrai Dieu (Partiellement vrai)

Supposition Sous-Jacente ou Cachée : Le statut de Divinité est uniquement attribué aux êtres de puissance inhérente absolue (Incertain).

   La position Arienne défend un principe de base différent, mais se fonde sur la même supposition sous-jacente. Etant donné que Christ est « engendré »,[1] ce qu’il considérait comme identique à créé et ayant un commencement, Il n’a pas le même niveau de puissance inhérente que le Père, et la qualité de Sa Divinité est donc inférieure. Il est un Être moindre, un dieu inférieur. Cette position est caractérisée par des mouvements tels que les Témoins de Jéhovah.

   Alors qu’il serait intéressant d’éprouver le principe de base et de considérer les textes difficiles, cette position nie clairement la Divinité du Fils de Dieu. La Bible enseigne clairement que Christ n’est pas un Etre créé.

   D’un point de vue Trinitaire, toute position différant un tant soit peu de la coéternité et la coégalité doit être perçue comme une forme d’Arianisme. Pourrait-il y avoir un terrain entre le Trinitarianisme et l’Arianisme plus à même d’harmoniser les citations de l’Esprit de Prophétie et des Ecritures ? Le seul espoir de le trouver serait d’examiner les suppositions sous-jacentes.

 


[1] L’utilisation Arienne du mot « engendré » apparaît être l’équivalent du terme « créé ». Ellen White et les pionniers ne le comprenaient pas du tout ainsi. « Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son seul Fils engendré, » – pas un fils par création, comme l’étaient les anges, ni un fils par adoption, comme l’est le pécheur pardonné, mais un Fils engendré selon l’empreinte de la personne du Père, et dans tout l’éclat de sa majesté et de sa gloire, un [être] égal à Dieu en autorité, en dignité, et en perfection divine. En lui habitait corporellement toute la plénitude de la Divinité. (The Signs of the Times, 30 mai, 1895, par. 3, italiques rajoutés)