37. Un mot à l'Eglise mondiale et aux croyants Adventistes

 

Chapitre 37 – Un mot à l’Eglise mondiale

et aux croyantAdventistes du monde entier

 

   Grâce et paix vous soient accordées de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ.

   A tous mes frères dans la foi en Christ : je prie afin que vous considériez soigneusement les paroles de ce livre, les soumettiez à Dieu dans la prière et les compariez avec l’Ecriture. Je vous prie d’étudier cette question en profondeur et de vous placer sur la plateforme solide de Christ le Rocher – le véritable Fils de Dieu – afin que l’édifice que vous construisez puisse soutenir les feux de la persécution à venir.

   Je sais que ces informations en secoueront un grand nombre parmi vous. Il est certain que cela a été le cas pour moi. Mais j’ai réalisé que je n’avais précédemment jamais remis en question la doctrine de la Divinité, j’avais seulement essayé de la défendre. Si ce document vous laisse une impression négative, veuillez prier avec ferveur afin de pouvoir considérer ce sujet selon son importance sans y rajouter des problèmes d’ordre émotionnels secondaires.

   Si vous trouvez des bénédictions et de la joie dans ces choses, je vous prie de ne pas approcher nos dirigeants sur un ton de défi et d’agressivité. Humiliez-vous plutôt, repentez-vous et reconnaissez que vous avez suivi une voie erronée. Que votre conduite soit assaisonnée d’humilité et de repentance. Je vous encourage à prier pour les dirigeants que Dieu nous a accordés et de plaider humblement auprès d’eux afin qu’ils rendent à l’église la vérité de Dieu et de Son cher Fils, arraché de Son sein afin de mourir pour nous sur la croix.

   Si vous embrassez véritablement ces précieuses vérités, cela se manifestera alors dans un amour plus profond et une relation intime entre mari et femme. Cela se révélera dans des liens familiaux plus forts et s’écoulera dans nos églises dans la joie et non l’orgueil.

   N’utilisez pas ces vérités afin d’obtenir de la valeur pour vous-mêmes, comme si vous connaissiez quelque chose que d’autres ne savent pas ; maintenez l’esprit d’humilité et de grâce qui convient à une vérité aussi merveilleuse que celle que Dieu nous a donnée. Il sera évident pour un grand nombre d’entre vous qu’étant donné notre condition Laodicéenne et notre propre suffisance, nous avons effectivement été asservis par le dieu de Babylone. Ne pointons pas le doigt sur les autres et reconnaissons que nous avons trahi la confiance de notre Sauveur. Faisons nôtre la prière de Daniel :

   Je tournai ma face vers le Seigneur Dieu, afin de recourir à la prière et aux supplications, en jeûnant et en prenant le sac et la cendre. Je priai l’Eternel, mon Dieu, et je lui fis cette confession : Seigneur, Dieu grand et redoutable, toi qui gardes ton alliance et qui fais miséricorde à ceux qui t’aiment et qui observent tes commandements ! Nous avons péché, nous avons commis l’iniquité, nous avons été méchants et rebelles, nous nous sommes détournés de tes commandements et de tes ordonnances. Nous n’avons pas écouté tes serviteurs, les prophètes, qui ont parlé en ton nom à nos rois, à nos chefs, à nos pères, et à tout le peuple du pays.

   A toi, Seigneur, est la justice, et à nous la confusion de face, en ce jour, aux hommes de Juda, aux habitants de Jérusalem, et à tout Israël, à ceux qui sont près et à ceux qui sont loin, dans tous les pays où tu les as chassés à cause des infidélités dont ils se sont rendus coupables envers toi. Seigneur, à nous la confusion de face, à nos rois, à nos chefs, et à nos pères, parce que nous avons péché contre toi. Auprès du Seigneur, notre Dieu, la miséricorde et le pardon, car nous avons été rebelles envers lui. Nous n’avons pas écouté la voix de l’Éternel, notre Dieu, pour suivre ses lois qu’il avait mises devant nous par ses serviteurs, les prophètes.

   Tout Israël a transgressé ta loi, et s’est détourné pour ne pas écouter ta voix. Alors se sont répandues sur nous les malédictions et les imprécations qui sont écrites dans la loi de Moïse, serviteur de Dieu, parce que nous avons péché contre Dieu. Il a accompli les paroles qu’il avait prononcées contre nous et contre nos chefs qui nous ont gouvernés, il a fait venir sur nous une grande calamité, et il n’en est jamais arrivé sous le ciel entier une semblable à celle qui est arrivée à Jérusalem. Comme cela est écrit dans la loi de Moïse, tout cette calamité est venue sur nous ; et nous n’avons pas imploré l’Eternel, notre Dieu, nous ne nous sommes pas détournés de nos iniquités, nous n’avons pas été attentifs à ta vérité.

   L’Eternel a veillé sur cette calamité, et l’a fait venir sur nous ; car l’Eternel, notre Dieu, est juste dans toutes les choses qu’il a faites, mais nous n’avons pas écouté sa voix. Et maintenant, Seigneur, notre Dieu, toi qui a fait sortir ton peuple du pays d’Egypte par ta main puissante, et qui t’es fait un nom comme il est aujourd’hui, nous avons péché, nous avons commis l’iniquité. Selon ta grande miséricorde, que ta colère et que ta fureur se détournent de ta ville de Jérusalem, de ta montagne sainte ; car, à cause de nos péchés et des iniquités de nos pères, Jérusalem et ton peuple sont en opprobre à tous ceux qui nous entourent.

   Maintenant donc, ô notre Dieu, écoute la prière et les supplications de ton serviteur, et, pour l’amour du Seigneur, fait briller ta face sur ton sanctuaire dévasté. Mon Dieu prête l’oreille et écoute ! Ouvre les yeux et regarde nos ruines, regarde la ville sur laquelle ton nom est invoqué ! Car ce n’est pas à cause de notre justice que nous te présentons nos supplications, c’est à cause de tes grandes compassions. Seigneur, écoute ! Seigneur, pardonne ! Seigneur, sois attentif ! Agis et ne tarde pas, par amour pour toi, ô mon Dieu ! Car ton nom est invoqué sur ta ville et sur ton peuple (Daniel 9 : 3-19).

   Combien ce sera merveilleux lorsque Dieu enverra l’esprit d’Elie et nous affranchira afin que nous puissions crier librement « elle est tombée, elle est tombée, Babylone » ; notre joie dans cette libération éclairera la terre entière de la gloire qui consiste à savoir que :

   Jésus-Christ est effectivement le Fils du Dieu Vivant.

   Il est le Chemin, la Vérité et la Vie.