Appendice E

 

Appendice E - Règles d’interprétation biblique de William Miller

 

Le texte suivant de l’appendice E est entièrement cité des Règles d’interprétation biblique de William Miller :

1. Chaque parole doit avoir un rapport approprié avec le sujet présenté dans la Bible. Matthieu 5 : 18.


2. Toute Ecriture est nécessaire, et peut être comprise par une étude et une application diligentes. 2 Timothée 3 : 15-17.


3. Rien de ce qui est révélé dans les Ecritures ne peut ni ne saura être caché aux yeux de ceux qui demandent avec foi, sans douter. Deutéronome 29 : 29 ; Matthieu 10 : 26-27 ; 1 Corinthiens 2 : 10 ; Philippiens 3 : 15 ; Esaïe 45 : 11 ; Matthieu 21 : 22 ; Jean 14 : 13-14 ; 15 : 7 ; Jacques 1 : 5, 6 ; 1 Jean 5 : 13-15.


4. Pour comprendre une doctrine, prenez tous les textes en rapport avec le sujet que vous souhaitez connaître ; laissez ensuite parler chaque texte, et s’il vous est possible de former une théorie sans contradiction, vous ne pouvez être dans l’erreur. Esaïe 28 : 7-29 ; 35 : 8 ; Proverbes 19 : 27 ; Luc 24 : 27, 44-45 ; Romains 16 : 26 ; Jacques 5 : 19 ; 2 Pierre 1 : 19-20.


5. Les Ecritures doivent s’expliquer elles-mêmes, parce qu’elles sont une règle en elles-mêmes. Si j’ai besoin d’un enseignant pour me les expliquer et pour deviner leur signification, ou désirer l’expliquer en fonction du crédo de sa confession, ou selon sa propre sagesse, alors c’est son hypothèse, son désir, son crédo ou sa sagesse qui sont ma règle et non la Bible. Psaume 19 : 7-11 ; 119 : 97-105 ; Matthieu 23 : 8-10 ; 1 Corinthiens 2 : 12-16 ; Ezéchiel 34 : 18-19 ; Luc 11 : 52 ; Malachie 2 : 7-8.


6. Dieu a révélé les choses à venir, au moyen de visions, d’images et de paraboles. De cette manière, les mêmes choses sont souvent répétées plusieurs fois, par différentes visions, différentes images ou paraboles. Si vous souhaitez les comprendre, il vous faut les réunir. Psaume 89 : 20 ; Osée 12 : 10 ; Habakuk 2 : 2 ; Actes 2 : 17 ; 1 Corinthiens 10 : 6 ; Hébreux 9 : 9, 24 ; Psaume 78 : 2 ; Matthieu 13 : 13, 34 ; Genèse 41 : 1-32 ; Daniel 2, 7, 8 ; Actes 10 : 9-16.

7. Les visions sont toujours mentionnées comme telles. 2 Cor. 12 : 1.


8. Les images ont toujours une signification imagée, et sont souvent utilisées dans la prophétie pour représenter les choses futures, les temps et les événements – par exemple les montagnes symbolisent les gouvernements, les bêtes symbolisent les royaumes, les eaux symbolisent les peuples, les lampes symbolisent la Parole de Dieu, un jour symbolise une année. Daniel 2 : 35, 44 ; 7 : 8, 17 ; Apocalypse 17 : 1, 15 ; Psaume 119 : 105 ; Ezéchiel 4 : 6.

9. Les paraboles sont utilisées comme comparaisons pour illustrer un sujet. Elles doivent être expliquées de la même manière que les images, par le sujet et la Bible. Marc 4 : 13.

10. Les images ont souvent deux ou plusieurs significations ; par exemple le mot jour est utilisé dans un sens imagé pour représenter trois périodes de temps différentes : [1]  Indéfinie. [2] Définie, un jour pour une année. [3] Un jour pour mille ans. Si vous utilisez la bonne interprétation, le texte sera en harmonie avec la Bible et sera bien compréhensible, sinon, ce ne sera pas le cas. Ecclésiastes 7 : 14 ; Ezéchiel 4 : 6 ; 2 Pierre 3 : 8.

11. Comment savoir quand un mot est utilisé d’une manière imagée : s’il a du sens tel qu’il est, et n’est pas en opposition avec les simples lois de la nature, il doit être compris de manière littérale ; sinon, il faut le comprendre de manière imagée. Apocalypse 12 : 1, 2 ; 17 : 3-7.

12. Pour comprendre la véritable signification des images, cherchez tous les textes bibliques où se trouve le mot imagé que vous souhaitez comprendre. Lorsque vous trouvez une explication, mettez-la en parallèle avec l’image, et si le texte est compréhensible, vous n’avez pas besoin de chercher plus loin ; sinon, continuez vos recherches. 

13. Pour savoir si un événement historique est la réalisation d’une prophétie : Si vous trouvez que chaque parole de la prophétie est accomplie de manière littérale (après que les images aient été comprises), vous pouvez comprendre que l’événement historique est réellement l’accomplissement prophétique. Mais si une seule parole n’est pas accomplie, il vous faut alors considérer un autre événement ou attendre son développement futur. Dieu prend soin pour que l’histoire et la prophétie s’accordent afin que le véritable enfant de Dieu qui croit ne soit pas honteux. Psaume 21 : 6 ; Esaïe 14 : 17-19 ; 1 Pierre 2 : 6 ; Apocalypse 17 : 17 ; Actes 3 : 18.

14. La règle la plus importante de toutes est qu’il vous faut avoir la foi. Cette foi doit nécessiter un sacrifice, et si elle est éprouvée elle sera prête à délaisser tout ce qui nous est le plus cher ici-bas, le monde et ses désirs, caractère, vie, travail, amis, maison, biens et honneurs mondains. Si l’une de ces choses nous empêche de croire à l’une des Paroles de Dieu, notre foi est alors vaine. Nous ne pouvons pas croire tant que l’une de ces motivations reste tapie dans notre cœur. Nous devons croire que Dieu n’abandonnera jamais Sa Parole. Et nous pouvons être confiants dans le fait que Celui qui prend soin du moineau, et compte les cheveux de notre tête, gardera la traduction de Sa Parole et la protègera comme une enceinte fortifiée. Il saura aussi empêcher ceux qui se confient sincèrement en Dieu et placent leur foi en Sa Parole, d’errer loin de la vérité, même s’ils ne comprennent ni l’Hébreux, ni le Grec. 

Telles sont certaines des règles les plus importantes que la Bible m’invite à adopter et à suivre afin d’y trouver de la régularité. Et si je ne me suis pas grandement trompé, en agissant ainsi, j’ai trouvé dans la Bible, en son intégralité, l’un des livres les plus simples et intelligibles, contenant en lui-même la preuve de son origine Divine et plein de toute la science que nos cœurs aspirent à connaître ou à apprécier. J’ai découvert qu’il s’agit d’un trésor que le monde ne peut acheter. La Bible donne une paix sereine dans ce que l’on croit et une ferme espérance dans le futur. Elle soutient l’âme dans l’adversité, et nous enseigne à être humbles dans la prospérité. Elle nous prépare à aimer et à être bon envers les autres, à réaliser la valeur d’une âme. Elle nous rend audacieux et vaillants pour la vérité, et arme le bras de courage pour s’opposer à l’erreur. Elle offre une arme puissante pour vaincre l’infidélité, et fait connaître l’unique antidote au péché. Elle nous instruit sur la manière dont sera vaincue la mort et comment les liens de la tombe doivent être brisés. Elle nous parle des événements futurs, et nous montre la préparation nécessaire pour y faire face. Elle nous donne la possibilité d’être en conversation avec le Roi des rois, et révèle le plus beau code légal jamais promulgué.

Il ne s’agit que d’un faible aperçu de ses valeurs ; et pourtant, combien d’âmes près de la mort la considère avec négligence, ou bien, tout aussi grave, la considère comme un mystère caché qui ne peut être compris. Oh, cher lecteur, faites-en votre principal sujet d’étude. Mettez-la à l’épreuve et vous verrez qu’elle est tout ce que je vous ai dit. Oui, comme la reine de Séba, vous direz qu’on ne vous en a dit que la moitié.           

La théologie enseignée dans nos écoles est toujours fondée sur le crédo d’une confession de foi. Il se peut que cela soit bien de prendre un esprit neutre et de l’enseigner avec ce genre de chose, mais c’est finalement la bigoterie qui règne. Un esprit libre ne sera jamais satisfait des vues d’autrui. Si j’étais un enseignant en théologie et que je devais enseigner les jeunes, j’apprendrais tout d’abord à connaître leurs capacités et leur esprit. S’ils étaient bons, je les ferais étudier la Bible pour eux-mêmes, et les enverrais dans le monde pour y faire du bien. Mais s’ils n’avaient pas d’esprit, je mettrais en eux l’esprit d’un autre, j’écrirais sur leur front « bigot », et les enverrais comme esclaves !