Appendice M

 

Appendice M - Déclaration des croyances fondamentales de 1931

 

LES ADVENTISTES DU SEPTIÈME JOUR maintiennent certaines croyances fondamentales, dont les points principaux, ainsi qu’une partie des références Bibliques sur lesquelles ils sont basés, peuvent être résumés comme suit :

1. Les Saintes Ecritures (l’Ancien et du Nouveau Testament) furent données par l’inspiration de Dieu, elles renferment toute la révélation de Sa volonté pour les hommes, et sont la seule règle de foi et de pratique infaillible.

2. La Divinité, ou Trinité, se compose du Père Éternel, Être personnel, spirituel, omnipotent, omniscient, infini en sagesse et en amour ; du Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père Éternel, par qui toutes choses ont été créées et par qui sera accompli le salut des rachetés ; du Saint-Esprit, troisième personne de la Divinité, la grande puissance régénératrice dans l’œuvre de la rédemption. Matt. 28 : 12.

3. Jésus-Christ est vrai Dieu, de la même nature et de la même essence que le Père Éternel. Tout en conservant Sa nature divine, Il revêtit la nature humaine, vécut sur la terre comme un homme, nous donna dans Sa vie l’exemple des principes de justification, attesta Sa relation avec Dieu par de nombreux et puissants miracles, mourut sur la croix pour nos péchés, fut ressuscité d’entre les morts, et est monté vers le Père, où Il est toujours vivant pour intercéder en notre faveur. Jean 1 : 1, 14 ; Héb. 2 : 9-18 ; 8 : 1, 2 ; 4 : 14-16 ; 7 : 25.

4. Pour obtenir le salut chaque personne doit expérimenter la nouvelle naissance ; cela comprend une transformation entière de la vie et du caractère par la puissance recréatrice de Dieu, au moyen de la foi dans le Seigneur Jésus-Christ. Jean 3 : 16 ; Matt. 18 : 3 ; Actes 2 : 37-39.

5. Le baptême est une ordonnance de l’église Chrétienne, et devrait suivre la repentance et le pardon des péchés. Par son observation, la foi en la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Christ, est révélée. La forme acceptable du baptême est le baptême par immersion. Rom. 6 : 1-6 ; Actes 16 : 30-33.

6. La volonté de Dieu, telle qu’elle est en relation avec la conduite morale, est comprise dans Sa loi des dix commandements ; il s’agit de grands préceptes moraux, inchangeables, obligatoires pour tous les hommes de tous les âges. Ex. 20 : 1-17.

7. Le quatrième commandement de cette loi inchangeable requiert l’observation du Sabbat du septième jour. Cette sainte institution est en même temps un mémorial de la création et un signe de sanctification, un signe du repos du croyant de ses propres œuvres pécheresses, et son entrée dans le repos de l’âme promis par Jésus à ceux qui viennent à Lui.      Gen. 2 : 1-3 ; Ex. 20 : 8-11 ; 31 : 12-17 ; Héb. 4 : 1-10.

8. La loi des dix commandements met le doigt sur le péché, dont la pénalité est la mort. La loi ne peut sauver le transgresseur de ses péchés, ni lui donner la puissance de l’empêcher de pécher. Dans son amour et sa miséricorde infinis, Dieu assure un moyen d’accomplir ces choses. Il pourvoit à un substitut,  Christ le juste, afin de mourir à la place de l’homme, le faisant « devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. » 2 Cor. 5 : 21. L’homme est justifié, non par l’obéissance à la loi, mais par la grâce qui se trouve en Christ Jésus. En acceptant Christ, l’homme est réconcilié avec Dieu, justifié par Son sang pour les péchés du passé, et sauvé de la puissance du péché par Sa vie en lui. Ainsi l’Evangile devient « la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit. » Cette expérience est accomplie par l’action divine du Saint Esprit, qui convainc de péché et dirige vers le Porteur des péchés, amenant le croyant à la relation de la nouvelle alliance, où la loi de Dieu est gravée dans son cœur ; par la puissance de Christ vivant en lui, sa vie est amenée en conformité aux préceptes divins. L’honneur et le mérite de cette merveilleuse transformation reviennent uniquement à Christ. 1 Jean 3 : 4 ; Rom. 7 : 7 ; 3 : 20 ; Eph. 2 : 8-10 ; 1 Jean 2 : 1, 2 ; Rom. 5 : 8-10 ; Gal. 2 : 20 ; Eph. 3 : 17 ; Heb. 8 : 8-12.

9. Dieu seul possède l’immortalité. L’homme mortel possède une nature fondamentalement pécheresse et mortelle. L’immortalité et la vie éternelle viennent uniquement par l’Evangile, et sont offertes comme un don gratuit de Dieu à la seconde venue de Jésus-Christ notre Seigneur. 1 Tim. 6 : 15, 16 ; 1 Cor. 15 : 51-55.

10. La condition de l’homme dans la mort est celle de l’inconscience. Tous les hommes, les bons comme les mauvais, restent dans la tombe de la mort jusqu’à la résurrection. Eccl. 9 : 5, 6 ; Ps. 146 : 3, 4 ; Jean 5 : 28, 29.

11. Une résurrection aura lieu pour les justes comme pour les injustes. La résurrection des justes aura lieu à la seconde venue de Christ ; la résurrection des injustes aura lieu mille ans plus tard, à la fin du millénium. Jean 5 : 28, 29 ; 1 Thess. 4 : 13-18 ; Apoc. 20 : 5-10.

12. Ceux qui resteront impénitents jusqu’à la fin, parmi lesquels se tient Satan, l’auteur du péché, seront réduits à un état de non-existence, par les feux du dernier jour, devenant de cette manière comme s’ils n’avaient jamais été, épurant ainsi l’univers de Dieu du péché et des pécheurs. Rom. 6 : 23 ; Mal. 4 : 1-3 ; Apoc. 20 : 9, 10 ; Abdias 16.

13. Aucune période prophétique n’a été donnée dans la Bible, qui atteigne la seconde venue de Jésus ; la période la plus longue, celle des 2300 jours de Daniel 8 : 14, se termina en 1844, et nous amena à un événement appelé la purification du sanctuaire.

14. Le véritable sanctuaire, dont le tabernacle sur la terre était un type, est le temple de Dieu dans le ciel, dont parle Paul dans le livre des Hébreux aux chapitres 8 et suivants, et dont le Seigneur Jésus, notre grand Souverain Sacrificateur, est le ministre ; l’œuvre sacrificielle de notre Seigneur est l’antitype de l’œuvre des sacrificateurs juifs de la première dispensation. Ce sanctuaire céleste est celui devant être purifié à la fin des 2300 jours de Daniel 8 : 14 ; sa purification est, comme dans le type, une œuvre de jugement, débutant avec l’entrée de Christ comme Souverain Sacrificateur dans la phase de jugement de Son ministère dans le sanctuaire céleste, préfigurée dans le service terrestre lors de la purification du sanctuaire au jour des expiations. Cette œuvre de jugement, se tenant dans le sanctuaire céleste, a débuté en 1844, et son achèvement aura pour effet la fin du temps de grâce pour l’humanité.

15. Durant la période du jugement, et en accord avec la manière uniforme dont Il a pris soin de la famille humaine en l’avertissant des événements qui s’approchent et affecteront la destinée de chacun (Amos 3 : 6, 7), Dieu envoie une proclamation à l’approche de la seconde venue de Christ. Cette œuvre est symbolisée par les trois anges d’Apocalypse 14 ; et leur message amène à la vue de tout un chacun l’œuvre de réforme devant être accomplie afin de préparer un peuple qui soit prêt à Le rencontrer.

16. La période de purification du sanctuaire, concordant avec la période de la proclamation du message d’Apocalypse 14, est un temps de jugement investigatif, tout d’abord en relation avec les morts, puis, en relation avec les vivants. Ce jugement investigatif détermine ceux qui, parmi les myriades qui dorment dans la poussière de la terre, sont dignes de prendre part à la première résurrection, et ceux qui, parmi les multitudes de vivants sont dignes de la translation. 1 Pierre. 4 : 17, 18 ; Dan. 7 : 9, 10 ; Apoc. 14 : 6, 7 ; Luc 20 : 35.

17. Les disciples de Christ devraient être un peuple pieux, n’adoptant pas les maximes impies, ne se conformant pas aux voies iniques du monde, n’aimant pas ses plaisirs coupables et n’approuvant pas ses folies. Le croyant devrait reconnaître que son corps est le temple du Saint Esprit, et pour cette raison, devrait revêtir ce corps d’un vêtement soigné, modeste et digne. Bien plus, sa vie devrait être modelée comme il convient à un disciple du Maître doux et humble, que ce soit dans la nourriture, la boisson ou dans chaque action. Ainsi, le croyant sera amené à s’abstenir de toute boisson enivrante, de tabac, et de tout narcotique, et d’éviter toute pratique et habitude souillant le corps et l’âme. 1 Cor. 3 : 16, 17 ; 9 : 25 ; 10 : 31 ; 1 Timothée 2 : 9, 10 ; 1 Jean 2 : 6.

18. Le principe divin des dîmes et des offrandes pour le soutien de l’Evangile est une reconnaissance de la propriété de Dieu sur nos vies, et que nous sommes des économes devant Lui rendre compte de tout ce qu’Il a mis en notre possession. Lev. 27 : 30 ; Mal 3 : 8-12 ; Matt. 23 : 23 ; 1 Cor. 9 : 9-14 ; 2 Cor. 9 : 6-15.

19. Dieu a placé dans Son église les dons du Saint Esprit, tels qu’ils sont décrits dans 1 Corinthiens 12 et Ephésiens 4. Ces dons opèrent en harmonie avec les principes divins de la Bible et sont donnés pour le perfectionnement des saints, l’œuvre du ministère, et l’édification du corps de Christ. Apoc. 12 : 17 ; 19 : 10 ; 1 Cor. 1 : 5-7.

20. La seconde venue de Christ est la grande espérance de l’église, l’apogée de l’Evangile et du plan du salut. Sa venue sera littérale, personnelle et visible. De nombreux événements importants seront associés à Son retour tels que la résurrection des morts, la destruction des méchants, la purification de la terre, la récompense des justes, l’établissement de Son royaume éternel. L’accomplissement presque intégral des nombreuses prophéties, principalement celles trouvées dans les livres de Daniel et de l’Apocalypse, avec leurs conditions liées aux mondes physique, social, industriel, politique et religieux, indique que la venue du Christ est « proche, à la porte ». Le moment exact de cet événement n’a pas été prédit. Les croyants sont exhortés à se tenir prêts, « car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas. » Luc 21 : 25-27 ; 17 : 26-30 ; Jean 14 : 1-3 ; Actes 1 : 9-11 ; Apoc. 1 : 7 ; Héb. 9 : 28 ; Jacq. 5 : 1-8 ; Joël 3 : 9-16 ; 2 Tim. 3 : 1-5 ; Dan. 7 : 27 ; Matt. 24 : 36, 44.

21. Le règne millénaire de Christ couvre la période entre la première et la deuxième résurrection, durant laquelle les saints de tous les siècles vivront au ciel avec leur Rédempteur béni. A la fin du millénium, la Sainte Cité ainsi que tous les saints descendront sur la terre. Les réprouvés, ayant retrouvé la vie lors de la deuxième résurrection, marcheront avec Satan à leur tête, sur la surface de la terre, afin d’encercler le camp des saints. A ce moment, le feu de Dieu descendra du ciel, et les dévorera. Dans la conflagration qui détruira Satan et ses anges, la terre elle-même sera régénérée et purifiée des effets de la malédiction. Ainsi l’univers de Dieu sera purifié de la tache immonde du péché. Apoc. 20 ; Zach. 14 : 1-4 ; 2 Pierre 3 : 7-10.

22. Dieu fera toutes choses nouvelles. La terre, restaurée dans sa beauté immaculée, deviendra pour l’éternité la demeure des saints du Seigneur. La promesse faite à Abraham selon laquelle, à travers Christ, lui et sa postérité possèderaient la terre pour les temps sans fin de l’éternité, sera accomplie. Le royaume, la domination, et la grandeur de ce royaume sous l’étendue des cieux seront donnés au peuple des saints du Très-Haut, dont le royaume est un royaume éternel et tous le serviront et Lui obéiront. Christ, le Seigneur, règnera en Maître absolu, et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre et dans la mer, proclameront : « A celui qui est assis sur le trône, et à l’Agneau, soient la louange, l’honneur, la gloire et la force, aux siècles des siècles. » Gen. 13 : 14-17 ; Rom. 4 : 13 ; Héb. 11 : 8-16 ; Matt. 5 : 5 ; Esaïe 35 ; Apoc. 21 : 1-7 ; Dan. 7 : 27 ; Apoc. 5 : 13. — Seventh-day Adventist Year Book, 1931.